Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Alimentation > CONSEILS POUR UN PETIT DEJEUNER IDEAL : LES GLUCIDES, PARTIE1/3

CONSEILS POUR UN PETIT DEJEUNER IDEAL : LES GLUCIDES, PARTIE1/3

Le 01 décembre 2021
Notre petit-déjeuner apporte une quantité très importante de glucides. Cela entraine une hypoglycémie réactive qui peut se traduire par de l’anxiété, de l’irritabilité, une tachycardie, des vertiges, une faim impérieuse…

 
PETIT DEJEUNER FRANÇAIS, HYPOGLYCÉMIES À RÉPÉTITION

Comme expliqué dans l’article « petit déjeuner français, l’épidémie inévitable du diabète », notre petit-déjeuner apporte une quantité très importante de glucides, en moyenne entre 50 et 110 grammes. Cela entraine une hyperglycémie surchargeant les activités du foie et du pancréas qui sera suivie par une hypoglycémie réactive. Cette dernière peut se traduire par de l’anxiété, de l’irritabilité, une tachycardie, des vertiges, une faim impérieuse… Et si, pour combler cette fringale, vous consommez un aliment riche en glucides comme une barre de céréales ou un gâteau sec vers 10h du matin, vous créez les conditions à l’apparition d’une nouvelle hypoglycémie réactive. Cela peut se reproduire plusieurs fois par jour en fonction de la composition de vos repas. Sur du long terme, on pourra constater un épuisement du pancréas et du foie pouvant aboutir à l’apparition d’un diabète et au développement de la masse graisseuse. Les repas, et notamment celui du petit déjeuner, doivent apporter une quantité raisonnable en glucides et cela en fonction de votre activité sportive. La composition d’un petit déjeuner d’un enfant en pleine croissance avec une activité physique très importante devrait être radicalement différente de celui d’une personne adulte sédentaire. De plus, il faut se méfier de nos connaissances sur l’alimentation. Par exemple, une baguette de pain blanc contient, en glucides, l’équivalent de 23 morceaux de sucres. Vous aurez alors compris que les désignations de petit déjeuner « salé » et « sucré » ne veulent pas dire grand-chose.

PETIT DEJEUNER ET ALIMENTS À FAIBLE INDICE GLYCÉMIQUE


L’apport en glucides au petit déjeuner devrait varier en fonction de l’âge et de l’activité physique prévue dans la matinée. Cependant, il est conseillé de toujours favoriser des aliments à faible indice glycémique afin de ne pas épuiser le pancréas et le foie. Seul l’absorption de fibres au sein du même repas peut contrer l’effet hyperglycémiant d’un aliment. C’est pour cette raison qu’il est préférable de consommer un fruit en entier plutôt que son jus ou du pain intégral plutôt que du blanc.


GLUCIDES VERSUS LIPIDES AU REGARD DE LA SCIENCE


La fameuse revue scientifique médicale britannique the lancet du 04 novembre 2017, a relaté une vaste étude épidémiologique portant sur 135.335 individus âgés entre 35 à 70 ans dans 18 pays. Elle a démontré qu’un apport élevé en glucides était associé à un risque de mortalité élevé. Contrairement à cela, un apport élevé en lipides n’était pas lié à une mortalité élevée et n'était pas associé à l’apparition des maladies cardiovasculaires. Les directives alimentaires mondiales auraient dû être reconsidérées à la lumière de ces résultats.

En cas de troubles digestifs, pensez à prendre rendez-vous à mon cabinet via doctolib.fr
 

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Alimentation

close
expand_less