Conformément à l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales, aucune vaccination ne saurait conditionner l’accès aux soins

COVID 19 : Le cabinet est ouvert de 8h à 20hLes dispositions nécessaires à votre prise en charge
dans ce contexte sont mises en place

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Pathologies > PROTÉINES ET OSTÉOPOROSE : POINT DE VUE D’UN OSTÉOPATHE SELON LA PHYSIOLOGIE

PROTÉINES ET OSTÉOPOROSE : POINT DE VUE D’UN OSTÉOPATHE SELON LA PHYSIOLOGIE

Le 02 juin 2021
La résistance de l’os n'est pas seulement due à sa matrice riche en phosphate de calcium. L'image que nous en avons est celle d'un os mort, c'est-à-dire après décomposition de ces fibres et disparition des liquides qui participent à sa résistance.


ENTRETENIR SON CAPITAL OSSEUX

Le tissu conjonctif est l’un des quatre types de tissus qui composent le corps. Les os, au même titre que les vaisseaux sanguins et lymphatiques, les cartilages, les muscles, les tendons, les fascias et les dents sont du tissu conjonctif. Ce tissu comporte quatre composants qui ont chacun leur importance : la matrice osseuse, les liquides, les cellules et les fibres. 

Le tissu conjonctif s’adapte aux forces présentes dans son environnement en se différenciant en os, en cartilage, en muscles… Plus la contrainte physique appliquée au tissu est importante et plus le tissu se solidifie. Pour créer de l’os, il faut donc que le tissu conjonctif soit soumis à une forte contrainte physique. L’activité physique est donc essentielle au maintien de votre capital osseux.

sport-os.jpg

PROTÉINES ET RÉSISTANCE DU TISSU OSSEUX

La matrice du tissu osseux, riche en phosphate de calcium lui permet d’être résistant à la compression. Cependant, telle une tasse en porcelaine, cette composante, sans les autres, fait que le tissu osseux est très fragile. Un manque de calcium ne peut donc expliquer, à lui seul, un risque accru de fracture osseuse tel que décrit traditionnellement dans l’ostéoporose.

Les liquides présents dans le tissu osseux jouent aussi un facteur important pour la résistance osseuse. Dans le tissu osseux, les molécules d’eau s’organisent pour jouer le rôle de micro amortisseurs hydrauliques. Il est donc important de veiller à suffisamment s’hydrater au quotidien.

Les tissus conjonctifs comportent différents types de cellules dont certaines sont spécifiques au tissu auquel elles appartiennent. Les ostéoblastes et ostéocytes sont les cellules spécifiques au tissu osseux. Elles sont responsables de la synthèse osseuse. Les ostéoclastes proviennent de la moelle osseuse et sont transportés par le système vasculaire jusqu’aux os. Ils permettent la résorption des ostéocytes. En temps normal, on a donc un équilibre entre l’action des ostéoblastes, des ostéocytes et des ostéoclastes.

Les cellules du tissu osseux vont fabriquer, sous la contrainte physique, des fibres d’élastine et de collagène qui confèrent au tissu des qualités de résistance élastique. Cette composante élastique fait que l’os ne casse pas facilement contrairement à une tasse en porcelaine. Plus un os est pauvre en fibres et plus il est sujet à la fracture. Ces fibres sont constituées de protéines dites structurales. Les os sont donc constitués de protéines. Un apport suffisant en protéines par notre alimentation est donc fondamental pour entretenir notre capital osseux et limiter les risques de fracture. Rappelons que la source en protéines a son importance et que seules les protéines animales présentent tous les acides aminés nécessaires à l’élaboration de nouvelles protéines : cf article « l’alimentation, règles de base pour bien s’alimenter ».

Cela explique que les études médicales sur le végétalisme rapportent une fragilité osseuse supérieure de 30% par rapport à la population générale. Cela explique aussi le risque d’ostéoporose induit par la prise prolongée de corticoïdes. Ils activent la néoglucogenèse, c’est-à-dire la fabrication de glucose à partir des graisses et des protéines. Une inhibition de la fabrication des protéines et une conversion des protéines structurales comme celle des fibres d’élastine et de collagène s’ensuit. Le capital osseux en fibres d’élastine et de collagène est donc progressivement détruit. La diminution de cette matrice fibrillaire au sein du tissu osseux est suivie par une déminéralisation de sa matrice en phosphate de calcium. L’ostéoporose est donc avant tout due à une perte de fibres d’élastine et de collagène au sein du tissu osseux. Cependant, aucun examen clinique n’existe à l’heure actuelle pour mesurer le taux de fibres au sein du tissu osseux. Seul existe l’ostéodensitométrie qui permet de mesurer la densité minérale osseuse

En conclusion, la résistance de l’os est due à ses fibres d’élastine et de collagène, à sa matrice en phosphate de calcium dont sa richesse dépend de sa matrice fibrillaire et à la présence de fluides

os-prot.png

DEGENERESCENCE OSSEUSE OU OSTÉOPOROSE, PRÉVENTION ET TRAITEMENT

En lisant les paragraphes précédents, vous aurez compris que le maintien et la construction de la masse osseuse ne se fait pas par la supplémentation en calcium. D’ailleurs, ce n’est pas parce que vous ingérez 100 grammes de calcium par jour qu’il sera assimilé et fixé au niveau osseux. Par contre, vous allez très certainement surcharger vos reins qui devront éliminer l’excès de calcium via les urines. Vous pouvez donc oublier les produits laitiers de vache, riches en calcium mais responsables de bien d’autres problèmes de santé chez l’être humain. Rappelons qu’ils sont adaptés uniquement aux veaux et que leur consommation par l’être humain est encore trop récente pour pouvoir les digérer.

Le maintien et la construction de la masse osseuse ne se fait pas non plus par la supplémentation en vitamines D et en hormones jouant sur la minéralisation osseuse. A la ménopause, les ovaires tendent à devenir inactifs et donc à ne plus produire d'œstrogènes. Or cette hormone stimule la croissance du tissu osseux. Ménopausée, le risque de dégénérescence du tissu osseux est accru chez la femme qui ne peut plus compter que sur ses propres efforts. 

Ce qui est essentiel au quotidien est la consommation de protéines assimilables, un apport hydrique suffisant et la pratique d’activités physiques. La mise en charge du squelette par des activités physiques est fondamentale car elle stimule la fabrication du tissu osseux. Sans contraintes physiques, aucune fabrication du tissu osseux n’est possible. Cependant, les activités comme la marche sur terrain plat ou le vélo ne suffisent pas à stimuler la fabrication du tissu osseux. Il faut privilégier des activités comme le tennis, la course à pied, la marche avec du dénivelé

Bien sûr, d’autres points sont à vérifier par votre ostéopathe. Il faut veiller à ce que l’ensemble de votre système digestif fonctionne bien. Sans cela, les acides aminés constituants les protéines ne pourront pas être absorbés par votre organisme. Pour ma part, il m’arrive fréquemment de recommander à mes patients la prise de compléments alimentaires qui, dans ce cas précis, favoriseront la synthèse protéique par l’organisme.

Enfin, il faudra s’assurer que toutes les structures qui participent directement ou indirectement à l’ossification soient libres de tout stress.

prot.jpg


En cas de dégénérescence osseuse ou dans un cadre préventif ou en phase de pré-ménopause ou de ménopause, pensez à prendre rendez-vous à mon cabinet via doctolib.fr

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Pathologies

close
expand_less